ÉCOSOPHIA

 

L'actualité vue par Écosophia


 

Y a-t-il trop de fonctionnaires ?

 

Billet du 7 mars 2017

Se poserait-on la question si on n’avait pas de problème de financement des dépenses publiques ? Autrement dit, ne se pose-t-on pas la question uniquement parce qu’on a des problèmes de financement des dépenses publiques ?

Et, à vrai dire, cela perturbe totalement notre jugement, notre objectivité.

Car y a-t-il vraiment trop de fonctionnaires ? Trop de pompiers, d’infirmières, de policiers, de greffiers, de professeurs ?

Les délais d’attente pour le traitement des dossiers en justice, dans les CPAM, à la CAF, dans les centres d’impôts, ne sont-ils pas la preuve irréfutable que le service public pourrait être meilleur, plus rapide, plus efficace, s’il y avait plus de personnel dans ces structures ?

On pourra vraiment dire qu’il y a trop de fonctionnaires le jour où tous les dossiers seront traités sans attente et que certains fonctionnaires s’ennuieront parce qu’ils sont désœuvrés. Dans la plupart des services publics, on en est très loin.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’on ne puisse pas améliorer l’organisation et l’efficacité des services publics. Mais soyons honnêtes : la seule raison pour laquelle on dit qu’il y a trop de fonctionnaires, c’est parce qu’ils représentent un coût pour la collectivité et que nous ne voulons pas payer plus d’impôts ni augmenter la dette. Ce qui se comprend.  Mais dans l’état actuel des choses, ce qui pose problème, ce n’est pas le nombre de fonctionnaires : c’est la façon dont l’État est financé.

Et c’est pourquoi, si on veut avoir un service public de qualité, il faut recruter le nombre de fonctionnaires nécessaires pour cela, sans être contraints par des problèmes de financement. Et pour cela, il n’y a pas d’autre solution que de réformer le mode de financement de l’État.

Comme le propose Écosophia...

Sans quoi nous serons toujours dans la même impasse : des fonctionnaires qui voient leurs conditions de travail se dégrader (notamment dans les hôpitaux, la justice, la police, etc), un service public dont la qualité se dégrade avec des délais d’attente et de traitement des dossiers de plus en plus longs, alors que dans le même temps les contribuables voudraient payer moins d’impôts et que l’État ne peut pas laisser la dette s’accroître indéfiniment. Bref, une insatisfaction de tous les citoyens, qu’ils soient fonctionnaires ou bénéficiaires des services publics. Et dans ce système, il n’y a aucune solution satisfaisante pour toutes les parties. Parce que le bien-être des uns se fait aux dépens des autres.

Il faut donc mettre en place un système où le bien-être des uns ne se fait pas aux dépens des autres. Mais pour cela il faut nécessairement modifier le mode de financement de l’État.

Comme c’est le cas dans Écosophia.

Conférences

 

Les premières conférences

auront lieu à l'automne 2017 

 

Événements