ÉCOSOPHIA

 

   

5 solutions

pour éviter

une crise économique

dévastatrice

 

 

 

 Billet du 14 avril 2020

 

Pour la plupart des économistes, il semble absolument évident que le confinement imposé pour faire face à la pandémie de coronavirus va générer une crise économique majeure dans le monde entier. Par crise économique, ils entendent une récession qui va s’accompagner de faillites d’entreprises, d’un chômage massif et de grandes difficultés financières pour une partie de la population.

Pourtant, une baisse de l’activité économique, même importante, n’a pas toujours des conséquences aussi dramatiques. Ainsi, chaque année au mois d’août, la plupart des entreprises ferment sans que cela pose le moindre problème. Elles ne perçoivent alors aucune recette alors même qu’elles doivent verser des congés payés, continuer à rembourser les crédits, payer leur loyer, etc. Elles ont donc plus de charges au mois d’août que pendant la période actuelle de confinement où les salaires peuvent être pris en charge par l’Etat ! Certains restaurants ou hôtels saisonniers sont même fermés 3 à 6 mois dans l’année, sans que cela pose de problème.

 Pourquoi le confinement génère-t-il une crise, mais pas le mois d'août ?

 

Dès lors, pourquoi un confinement, qui conduit à mettre en sommeil une grande partie des activités économiques jugées non essentielles à la survie, peut-il avoir de telles conséquences ? Pourquoi les entreprises ne pourraient-elles pas reprendre leur activité après le confinement, comme si de rien n’était, comme on peut le faire après un week-end ou des vacances ?

Parce que les entreprises n’ont pas pu anticiper cet arrêt imprévu et imprévisible de leur activité, alors qu’elles anticipent les charges très lourdes du mois d’août (ou des autres mois de congés annuels) en adaptant leurs prix et leur activité en conséquence pendant le reste de l’année.

Il ne s’agit donc pas d’un problème matériel (il n’y a pas de pénuries pour les biens vitaux) mais d’un problème comptable, purement virtuel, qui dépend des règles du jeu établies et imposées à tous les acteurs économiques. Or des solutions ingénieuses ont été inventées par les humains pour ce genre de problèmes : en comptabilité, il existe les provisions et les amortissements ; et puis il y a également les assurances qui sont justement conçues pour les coups durs.

Mais, en l’occurrence, le problème, c’est justement qu’aucun système comptable ou financier n’a pour le moment été conçu pour faire face à un confinement. Et il va donc falloir faire avec les outils que nous avons à notre disposition, dans l’instant.

Dès lors, on comprend bien que faute d’avoir pu anticiper cette situation, ce n’est pas l’arrêt d’une grande partie des activités économiques qui pose problème, mais la façon dont on va gérer les dettes au sens large, c’est-à-dire ce que chaque entreprise s’est engagée à payer à d’autres (salaires, factures de fournisseurs et de transporteurs, crédits bancaires, loyers, prélèvements obligatoires). En outre, il faudra bien entendu que l’Etat verse des revenus compensatoires pour permettre à chacun de survivre.

Par ailleurs, les règles du jeu de notre système économique ont été élaborées pour favoriser la croissance : c’est la raison d’être des crédits bancaires et des marchés financiers. Mais elles n’ont pas été conçues pour faire face à une forte réduction de l’activité économique. En effet, les contrats (de location et de crédits) et les prélèvements obligatoires n’ont tout simplement pas prévu que les recettes des entreprises et les revenus des ménages puissent se tarir soudainement pour un cas de force majeure. Et si on continue à appliquer les règles habituelles, alors elles s’avèreront extrêmement destructrices, comme on le voit aux Etats-Unis.

Appliquer les règles habituelles, c’est se condamner à des conséquences inutilement monstrueuses. Alors qu’on peut aisément faire autrement.

Dès lors, comment atténuer le plus possible les conséquences économiques du confinement ?

 

Lire la suite...

Conférence

"Ecologie et économie : 12 pièges à éviter"

donnée le 6 juin 2019 à Jussieu

devant 150 étudiants de la Sorbonne et de l'Ecole Normale Supérieure

 

 

Comment sauver les Services publics

et la Sécurité sociale ?

 

  

(en 4 vidéos)

 

Changer de système financier : c'est possible !

 

Conférences

 

Conférence

Ecologie et économie

Jeudi 6 juin 2019 

de 18h30 à 21h

à Sorbonne Université

Campus Pierre et Marie Curie

4 place Jussieu

75005 PARIS

 

COMPLET

mais live et replay

disponibles

Plus d'infos sur

Ecocampus ENS et LUPA